La rentrée littéraire du net - #2 Septembre.

1 oct. 2017



Il y a quelques semaines, je vous écrivais mon article sur la rentrée littéraire du net du mois d'août, dans lequel je vous faisais part de ma sélection de livres sortis ce même-mois. Aujourd'hui, je reviens avec le même thème, mais pour vous dévoiler ma sélection du mois de septembre. 

Avant ça, je tiens à vous faire un retour sur ma sélection du moi d'Août. Malheureusement, je ne me suis procuré aucun livres de ma sélection. J'aurais beaucoup aimé trouver Et j'ai choisi de vivre, de Marilyse Trecourt, dans ma librairie, mais il n'en fût rien ! J'ai été tentée par La salle de bal, d'Anna Hope, mais je me suis ravisé, ayant d'autres lectures dans ma PAL qui me tentaient beaucoup plus... Mais je garde toutes mes sélections du mois d'Août dans un coin, pour plus tard !

Venons-en maintenant au fait, avec mes envies du mois de Septembre !


Motel Lorraine, Brigitte Pilote

Nous sommes en 1977. Sonia, diseuse de bonne aventure, fuit Montréal avec ses deux filles, Lou et Georgia, pour trouver refuge à Memphis, dans la chambre 306 du motel Lorraine, inoccupée depuis ce fameux 4 avril 1968 où Martin Luther King y a été assassiné. Elles partageront leur destin avec la sublime Alabama, Jacqueline Smith, femme de chambre au Lorraine, Grace DePriest, directrice de la chorale d’une petite église baptiste, ou encore Lonzie, le repris de justice devenu photographe pour son ami Aaron. Chacun à sa manière, ces personnages aux destins croisés incarnent le rêve d’égalité pour lequel le révérend King a donné sa vie.
Mais quel poids auront leurs ambitions et leurs gestes dans cette Memphis encore marquée par les divisions raciales ? Les secrets de chacun resteront-ils bien gardés ? Et enfin, pourquoi Sonia s’est-elle enfuie avec ses enfants ?
Roman réaliste, d’une écriture maîtrisée et de haute tenue littéraire, Motel Lorraine aborde un sujet porteur et universel : réaliser son rêve




Trouvez-moi, J.S. Monroe


Pour enfin la retrouver, il est prêt à tout.
Cinq ans plus tôt, en plein milieu de la nuit, Rosa s’est dirigée vers la jetée, elle a plongé son regard dans le tourbillon de l'eau et a sauté. Brillante élève à Cambridge, la jeune femme venait tout juste de perdre son père... mais aussi de trouver le grand amour. Alors, pourquoi se suicider et renoncer à l’avenir heureux qui s'annonçait ?
C'est la question qui, depuis cinq ans, hante Jar, son ancien petit ami. Il ne peut pas s’empêcher de voir Rosa partout où il se trouve : un visage dans un train, une figure familière dans la foule… Au fond de lui-même, le jeune homme n’a jamais accepté la version officielle du drame, d'autant que le corps de Rosa n'a jamais été retrouvé.
Et puis, un jour, tout bascule. Il reçoit un mail : « Trouve-moi, Jar. Trouve-moi avant eux. »...






Hex, Thomas Olde Heuvelt


Quiconque né en ce lieu est condamné à y rester jusqu’à la mort.
Quiconque y vient n’en repart jamais.
Bienvenue à Black Spring, charmante petite ville de la Hudson Valley. Du moins en apparence : Black Spring est hantée par une sorcière, dont les yeux et la bouche sont cousus. Aveugle et réduite au silence, elle rôde dans les rues et entre chez les gens comme bon lui semble, restant parfois au chevet des enfants des nuits entières. Les habitants s’y sont tellement habitués qu’il leur arrive d’oublier sa présence. Ou la menace qu’elle représente. En effet, si la vérité échappe de ses murs, la ville tout entière disparaîtra.
Pour empêcher la malédiction de se propager, les anciens de Black Spring ont utilisé des techniques de pointe pour isoler les lieux. Frustrés par ce confinement permanent, les adolescents locaux décident de braver les règles strictes qu’on leur impose. Ils vont alors plonger leur ville dans un épouvantable cauchemar…



The Rain
, Virginia Bergin


4eme de couverture :
Une pluie mortelle s'abat sur la Terre :
l'humanité est menacée de disparition.
Ruby, 15 ans, part à la recherche de son père.
Je m'appelle Ruby Morris, et voici mon histoire.
Si vous la lisez, vous avez énormément de chance d'être encore en vie.
Question : quand faut-il abandonner tout espoir?
a) Maintenant. Immédiatement. On est foutus.
b) Dans deux semaines, environ.
c) Jamais.
d) J'imagine qu'il pourrait y avoir un d), mais s'il existe, je ne l'ai pas encore trouvé...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire